15 décembre 2015

PixelHumain 12/15/2015

  • Tags: no_tag

    • d’abord la formation d’une communauté, qui se mobilise autour d’une ressource… Cette ressource est gérée selon des logiques de partage qui ne sont ni celles de la propriété publique, ni celles de la propriété privée. Des bouquets de droits d’usage viennent se substituer à la propriété. Le troisième élément, c’est une gouvernance, mise en place par cette communauté, pour protéger la ressource, en organiser la gestion, la faire grandir
    • un bien commun, c’est une communauté, une ressource, et sa gouvernance.
    • En France, le code civil évoque les biens communaux, à l’article 542, ou encore à l’article 714
    • libéral affirme que c’est le marché qui va tout régler
    • es idées, les faits, méthodes… – soit des ressources
    • Wikipedia
    • Open Street Map
    • Open Food Fact
    • Cela signifie-t-il qu’il n’y pas un modèle unique ?
    • qui a le droit d’utiliser la ressource ? A quelles conditions ? Comment sont gérés les conflits si quelqu’un abuse de la ressource ? Est-ce qu’il y a des relations avec la puissance publique qui va être garante, ou pas, de la protection de cette ressource ?
    • La pensée marxiste
    • monopole public des moyens de production
    • XIIIe siècle, siècle de la première consécration juridique des communs,
    • C’est ce que les communs tentent de faire, non pas contre le marché ou l’Etat, mais à côté, avec des porosités possibles entre les 3 sphères.
    • réintroduire de la diversité dans notre pensée politique
    • Pourquoi ce concept, très ancien, semble particulièrement pertinent aujourd’hui, et ce dans le monde entier ?
    • Internet et le web ont été construits
    • comme des communs.
    • défenseurs en expliquant que ces derniers sont partisans du « tout gratuit », contre le marché
    • Elles peuvent circuler quasi instantanément via les réseaux pour un cout marginal qui tend vers zéro
    • cela en fait des candidats potentiels à des régimes de partage, et non pas de propriété.
    • communautés de logiciel libre
    • ont été les premières à mettre en place un dispositif que je qualifie de droit ascendant, c’est-à-dire du droit créé par les communautés en dehors du législateur ou de la jurisprudence
    • Y’a-t-il d’autres raisons, hors du numérique, qui expliquent l’efficacité du concept de commun ?
    • Aujourd’hui nous sommes entrés dans un temps historique du web qui tend à se refermer en silos autour de grands acteurs monopolistiques ou oligopolistiques, ce qui est nuisible à notre capacité créative collective.
    • marché et communs peuvent cohabiter
    • multiplication des enclosures, c’est-à-dire des phénomènes d’appropriation, de privatisation de communs existants.
    • Aujourd’hui, des pays africains vendent des milliers d’hectares de ces terres à des acteurs étrangers en faisant fi de tous les droits d’usage qui reviennent aux habitants.
    • Selon moi, le marché, dans sa fonction première, ne pose aucun problème ; par contre, lorsqu’il devient un marché spéculatif qui ne répond plus aux besoins des humains. Il faut alors imaginer d’autres manières de faire. Les communs ouvrent des pistes.
    • Les communs sont-ils en concurrence avec le service public ?
    • Quand on est face à un commun qui revendique de participer de l’intérêt général, notamment dans le cas de commun universel, la question peut effectivement se poser.
    • les collectivités peuvent jouer plusieurs rôles. Elles peuvent être protecteur des communs, pour éviter des enclosures, elles peuvent être producteurs de communs – c’est le cas avec les données mises en open data. Enfin, la puissance publique peut encourager des communautés qui produisent des communs, en mettant par exemple du foncier à disposition.
    • Selon votre expérience, quelle est la perception des communs par les élus locaux ?
    • Pour certains élus, les communs peuvent apparaître comme des communautés qui veulent faire à leur place.
    • Les communs ambitionnent d’aller un cran plus loin, par des processus ascendants d’innovation sociale. Il s’agit alors de co organiser, et dialoguer avec ces communautés qui ne se contentent pas de l’espace délégatif mais qui passent à l’action.
    • Le rôle de l’élu peut alors être de repérer ces initiatives, et de les soutenir, d’imaginer comment leur permettre d’essaimer ailleurs dans le territoire. L’acteur public devient un catalyseur. Cela modifie sa posture qui à côté de sa culture du faire, doit porter une culture de l’accompagnement des innovations ascendantes et sociales.

Posted from Diigo. The rest of Pixel Humain - democracie participative group favorite links are here.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire